Mon Histoire

Avec le Tabagisme

Mon Histoire

Avec le Tabagisme

1984

Tout commence en 1984. À 3 ans 1/2, je joue les infirmières aux gants de boxe. Je donne des claques pour secouer Gaby, 67 ans, victime de son tabagisme, comme pour lui dire : «Allez, remonte sur le ring ! Bats-toi !». Pour cet ancien boxeur amateur, c’en était fini le whisky, le scotch, la pipe et autre joyeuseté. Son cancer de la prostate mit un terme à tout ça. Heureusement Canal + permit à Gaby et à sa femme de revivre leurs meilleurs souvenirs par procuration… 

1985

1985 : À la veille de mes 5 ans, je suis victime du tabagisme passif. Il faut dire que ça fait un an que je traîne dans les jupes de ma mère qui tient une cafétéria – salon de thé où les clients fument à plein tube. Il ne m’en faudra pas plus pour cracher mes poumons. Et être obligée de faire du clapping. Un mal de chien pour nettoyer mes bronches. Chaque nuit, j’ai l’impression que ça sera la dernière… mes parents tremblent à chacune de mes quintes de toux. Ils me gardent précieusement dans leur chambre de peur que je m’étouffe pendant mon sommeil. Les 15 jours les plus longs de ma courte vie. Un enfer. Ni une ni deux, une machine à absorber la fumée est installée à la cafétéria. Faut dire que la radio des poumons de ma mère est aussi sans appel :
– «Vous fumez depuis quand ?» lui demande le médecin.

La réponse de ma mère : 
– Je n’ai jamais fumé. Du moins si, j’ai bien essayé en piquant une cigarette à l’une de mes sœurs un jour où j’étais en colère contre mon mari, mais je n’ai pas aimé. Je ne sais pas pourquoi, j’ai fait ça… du moins si… dans les films, on nous donne toujours l’impression que ça calme les nerds… mais ce n’est pas vrai… j’étais encore plus énervée après !

– Et bien mon petit, vous avez les poumons de quelqu’un qui fume depuis 20 ans en seulement 1 an à tenir votre cafétéria ! Un conseil d’ami : revendez ou vous aurez rapidement un cancer des poumons à ce rythme-là!»

1986

Nous changeons de médecin de famille pour un médecin généraliste homéopathe et acupuncteur. Et oui, pas toujours facile la vie de parents avec des enfants allergiques aux antibiotiques, et autres parfums fraise et banane dans les sirops et autres médicaments… Lors de ma première visite, je suis fascinée par les photos de poumons exposées allant du poumon sain au poumon d’une personne atteinte du cancer des poumons. Évidement, je ne peux m’empêcher d’imaginer les poumons de ma mère… et aussi des miens… une photo montre l’état des poumons après 20 ans de tabagisme… cloups, c’est franchement pas beau à voir comparé à des poumons de non-fumeurs ou de personnes non exposées au tabagisme passif… Jusque-là, je n’avais jamais vu de poumons. À présent, je savais ce que j’avais à l’intérieur de moi. Et que je devais en prendre grand soin si je voulais vivre longtemps en bonne santé. Ce qui m’a le plus estomaqué, fût l’affiche listant les dépenses liées au tabagisme sur 1 an, 10, 20, 30, 40, 50 ans ! Et ce que ça représentait en termes de biens de consommation (voiture, vacances, jours à travailler pour payer ses cigarettes, etc.). Double électrochoc à ce moment-là dans ma tête : il faut en vendre des petits cafés pour se payer un toit, une voiture, etc. (et je n’ai à ce moment-là même pas conscience des impôts, des frais liés aux stocks, les salaires à sortir… en bonne petite qui s’amuse à jouer à la dînette grandeur nature en servant les petits cafés aux habitués)

Conclusion, le plus mauvais investissement est de faire sa vie avec quelqu’un qui fume. Un vrai poids mort pour jouir de la vie. Il faut dire que je tiens un livre de comptes de ce que je gagne comme me l’a appris Gaby… C’est avec mes premiers pourboires que je me suis payé mes premiers livres, dont les 50 livres de la collection Il était une fois la vie. Je n’ai pas fait médecine pour autant. Lol. J’ai fait métiers du livre et comme vous le savez maintenant praticien du bien-être 20 ans plus tard. Comme quoi, il y a une certaine logique dans mes passions.

1988-1990

Je cache les paquets de cigarettes pour faire en sorte qu’ils se fassent oublier…peine perdue… même s’il ne faut que 5 à 10 minutes pour faire passer une envie de fumer. Alors je passe à la vitesse supérieure. Je casse les cigarettes en prenant soin de les laisser dans le paquet… mais rien n’y fait… Autant vous dire que je ne me fais pas des amis… car déjà à l’époque fumer représentait un certain budget… et ce n’était pas forcément du plaisir… La preuve étant qu’ils ne se réjouissaient pas d’aller à nouveau acheter un paquet de clope… alors que si c’est le cas, ils devraient l’être, non ?!

1991

1er camarade de classe qui se fait toper en train de fumer. Nous sommes en CM1. Nous avons 10/11 ans. L’instit essaye de nous dire que ce n’est pas bien… il est pris au dépourvu… Il n’est pas armé pour lutter contre le tabagisme… les profs de collège ne seront pas plus équipés, mais la prévention sera présente.

1992

Je participe au concours d’affiche antitabac organisé par la documentaliste du collège. Je dessine un panneau sens interdit avec une cigarette sur du papier cartonné jauni… avec pour slogan : la vie, c’est comme l’argent ce n’est pas fait pour partir en fumée si tu veux en profiter…

1998

C’est le drame. Popol ne dit plus bonjour à mon père, j’en entends parler du matin au soir… il n’a que ça à la bouche… Mon père a alors 81 ans. Il m’a eu à 63 ans. C’est qu’on a la forme longtemps lorsqu’on ne fume pas et qu’on ne boit pas d’alcool. 😉 (Je vous rassure, ma mère n’en a pas subi les conséquences, ils étaient séparés depuis 3 ans.)

1999

Je suis heureuse, le Bac en poche je quitte la Champagne pour la Bergamote. Je rentre en métiers du livre, option bibliothèque.
Ma sœur arrête de fumer net. La clope l’écœure à la microseconde qu’elle attend son premier enfant. Elle a bon espoir qu’elle n’en grillera plus de sa vie. et moi aussi.
Malheureusement, l’envie reprend de plus belle à la sortie de la maternité.
Que c’est difficile d’arrêter définitivement lorsque sa moitié fume. Les arrêts et les rechutes sont nombreux. Pour les non-fumeurs c’est incompréhensible… mais Dame Nicotine est une vicieuse. Même si vous ne fumez pas, vous avez votre dose quotidienne en inhalant la fumée d’autres personnes autour de vous. C’est d’ailleurs comme ça que bizarrement ma sœur a commencé avoir besoin de fumer à la vingtaine, du jour au lendemain où elle a arrêté de travailler dans la cafétéria familiale, elle a eu besoin de fumer pour entretenir son niveau de nicotine… quand je vous dis que Dame nicotine est une vicieuse, s’en est bien une !

Ne parlons même pas de la pression que certains maris mettent à leur femme avant même la conception de l’enfant : « Je te préviens, pas question que tu gardes un kilo en plus après la grossesse.» Il n’en faut pas plus pour que la future maman ne trouve pas la force d’arrêter de fumer avant de concevoir, ou encore au cours de sa grossesse. Malheureusement, ils en payent souvent les pots casés : fausses couches à répétition… enfant asthmatique, problème ORL… ce qui est bien dommageable, car en moyenne seulement 2,5 kilos sont pris à l’arrêt du tabac, mais sont vite perdus en faisant des petits changements anodins dans l’alimentation et un peu d’exercice physique.

2002

Je suis surprise de voir une copine la cigarette à la bouche :
– « c’est nouveau ?! Tu fumes toi ?
– Mouais… je sais, c’est nul. Surtout que j’avais arrêté depuis plus de 3 ans… J’ai arrêté mon job à la discothèque. Apparemment, c’est souvent le cas m’a dit le médecin pour les anciens fumeurs. Avec le tabagisme passif, j’avais ma dose de nicotine… et avec le stress du nouveau job, bing l’envie de demander une clope à la pause pour faire connaissance est revenue… »

2002, c’est aussi ma période nature morte à la cigarette. J’immortalise les cadavres de cigarette pour mieux les exposer sous le nez des fumeurs qui les ont fumés… mais ça n’a pas grand effet sur le coup, si ce n’est de m’amuser et de voir leurs têtes… quelle drôle d’idée de photographier ça… c’est dégueulasse, c morbide… moi de renchérir : oui c dégueulasse et c morbide… c un fait bien établit… une nouvelle tentative de désensibilisation échouée ? Peut-être pas tant que ça… on ne décide pas d’arrêter de fumer du jour au lendemain, c plus complexe que ça. Ça prend du temps, c la somme de pleine de petites choses jusqu’à l’écœurement de soi, de l’image que l’on renvoie, de tous ces regards réprobateurs, tec… et un jour, on décide d’arrêter… souvent il faut 5, 6 rechutes avant d’en découdre définitivement avec dame nicotine.

2003

Mon père enterre sa fille aînée alors âgée de 63 ans. Cancer des os ou comment sentir son squelette partir alors qu’on est vivante… Il n’y a pas de mot pour décrire la souffrance endurée. Sans oublier la douleur des proches : mari, enfants, petits-enfants…
Statistiquement, la tragédie est prévisible : un parent non-fumeur enterrera son enfant fumeur…
Mon père n’est pas le seul. Ma grand-mère a enterré 2 de ses filles en lien avec le tabagisme. Un de ses fils lutte actuellement contre un cancer de la gorge alors qu’il n’a que la cinquantaine.

Une personne meurt toutes les cinq secondes à cause du tabagisme.

Chaque cigarette apporte 1 million de milliards de radicaux libres par bouffée.

2003-2006

C’est moi ou la clope. Ce fut moi, mais tout le mérite revient à mon mari qui a su coopérer et être de plus en plus motivé à chaque rechute… mais ce fut long… les reprises ont été nombreuses : reprise après un licenciement économique alors qu’il avait arrêté de fumer pendant 3 ans…, reprise de plus belle en retournant sur les bancs de la fac pour changer de voie, mais aussi par solidarité familiale, par solidarité amicale … Si toi aussi tu reprends la clope à chaque fois que tu retournes chez tes parents ou que tu sors les week-ends, sache que tu n’as pas besoin de cette solidarité pour faire partie du clan. Ton émancipation servira à motiver ceux qui veulent arrêter… mais qui n’osent pas franchir le pas de peur en partie de ne plus appartenir au clan…

2003-2006

C’est moi ou la clope. Ce fut moi, mais tout le mérite revient à mon mari qui a su coopérer et être de plus en plus motivé à chaque rechute… mais ce fut long… les reprises ont été nombreuses : reprise après un licenciement économique alors qu’il avait arrêté de fumer pendant 3 ans…, reprise de plus belle en retournant sur les bancs de la fac pour changer de voie, mais aussi par solidarité familiale, par solidarité amicale … Si toi aussi tu reprends la clope à chaque fois que tu retournes chez tes parents ou que tu sors les week-ends, sache que tu n’as pas besoin de cette solidarité pour faire partie du clan. Ton émancipation servira à motiver ceux qui veulent arrêter… mais qui n’osent pas franchir le pas de peur en partie de ne plus appartenir au clan…

2006

Je fais la connaissance des grands-parents maternels de mon mari. À 80 ans, le grand-père se porte comme un charme fait plus de 2000 km de vélo par an ! Il est fier d’encourager son petit-fils à arrêter de fumer. « Regarde-moi, j’ai arrêté à la trentaine, à 36 ans. Je me suis mis au vélo. Et à part quelques bobos tout va bien. Par contre, les copains qui ont continué sont dans un sale état ou alors leurs femmes sont veuves. » Avec les restrictions du Covid-19, il ne peut plus enflammer les pistes de danses des thés dansants, mais à part ça il continue à profiter de la vie. Popol lui a dit bonjour jusqu’en 2009, de quoi en motiver plus d’un à lâcher la clope pour de bon. Si vous êtes un ancien fumeur, n’hésitez pas à aborder ce sujet avec vos petits-fils, ça peut vraiment les aider à lâcher cette saloperie mortelle.

2016

Je me surprends par être attirée par la cigarette électronique l’espace de quelques secondes. Ces odeurs envoûtantes, la gestuelle et la grâce des années 20. Il faut bien le reconnaître, le design est fait pour nous faire penser aux années folles, aux affiches art nouveau, aux actrices de l’époque… Mais la tête de mort sur les recharges est un très bon répulsif. Tout comme le risque de se choper un herpès ou l’hépatite B en testant… Malheureusement, de plus en plus de jeunes commencent à fumer avec les cigarettes électroniques pensant à tort que c’est moins dangereux…

Tu te demandes peut-être si j’ai déjà tiré une latte ? Grillé une cigarette ?

Ma seule copine fumeuse rencontrée lors de ma formation BAFA a bien tenté de me faire chavirer en me demandant une fois de lui tenir sa clope allumée, mais il n’en fut rien. Je n’ai aucun mérite pour ça. Franchement aucun. Cracher mes poumons à l’âge de 4 ans parce que j’étais victime du tabagisme passif ne m’a jamais donné envie d’essayer. Et, je ne te cacherais pas qu’aujourd’hui encore je ne peux pas rester dans un environnement enfumé sans cracher mes poumons. Il me faut toujours 3 jours minimum pour m’en remettre même si la fête se passe dehors… C’est dire ma sensibilité à cette merde. Je tousse, mes poumons sifflent et je crache pendant 3 jours minimum… Beurk, ça fait mal et ce n’est pas glamour du tout !

Alors comment j’en suis arrivée à me former au sevrage tabagique ?

et bien c’est ce que nous allons voir ensemble en écoutant la 2e partie du Podcast : 

Je suis membre de la Gesondheetsteam, un groupement de praticien(ne)s spécialisé(e)s en santé-bien-être qui vous accompagnent en unissant leurs compétences : alimentation, naturopathie, yoga, méditation, sophrologie, hypnose, massage, coaching, compétences émotionnelles et relationnelles.

Tu fumes

et tu voudrais…

Accompagnement ATO VIP

Arrêt Tabac Online VIP

Être accompagné.e pas à pas pour construire Ta Vie Sereine sans tabac sans substitut nicotinique et sans devoir changer ta garde-robe.

Séance d'hypnose de libération pour arrêter de fumer

Séance d'Hypnose

Dompter ton inconscient pour qu'il comprenne une bonne fois pour toutes que tu veux arrêter définitivement de fumer.

Pack méditations sevrage tabagique - Arrêt Tabac Online

Pack Méditations

Traverser sereinement la tempête après avoir écrasé ta dernière cigarette pour te défaire de Dame Nicotine sans manger avec tes émotions.

Témoignages

« On ne voulait pas perdre notre amitié, notre complicité avec l’arrêt du tabac, alors on s’est donné le défi d’arrêter ensemble. Défi remporté! Merci Sarah! »

Alice, Léa, Margot, Jessica - Groupe d'amies - Ages 27-30 ans

« Décider d’arrêter de fumer à deux a été notre meilleure décision. Notre synchronicité nous a permis d’atteindre notre objectif d’arrêter de fumer en se sentant mutuellement souder. Nous avons retrouvé le goût des aliments, le plaisir de manger et de faire la cuisine. »

Isabelle & Frédéric, Couple, 37-39 ans

« Après plusieurs tentatives infructueuses, j’ai enfin dit adieu à la cigarette. L’accompagnement de Sarah m’a permis de me libérer définitivement du tabac et de ses méfaits pour mon entourage. Je revis! »

Emma - 34 ans

Besoin d’en parler ?

Parlons s’en !

Par E-mail

Confidentialité

12 + 14 =

En ligne

contact@arret-tabac.online

sarah - arret tabac online - ma vie sereine sans tabac